Pour une France libre et souveraine .Pour lutter contre la censure .
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Henri Vincenot

Aller en bas 
AuteurMessage
CALLO

avatar

Messages : 219
Date d'inscription : 19/06/2017

MessageSujet: Henri Vincenot    Mar 18 Juil - 10:41






Revenir en haut Aller en bas
CALLO

avatar

Messages : 219
Date d'inscription : 19/06/2017

MessageSujet: Re: Henri Vincenot    Mar 18 Juil - 10:41

Revenir en haut Aller en bas
CALLO

avatar

Messages : 219
Date d'inscription : 19/06/2017

MessageSujet: Re: Henri Vincenot    Mar 18 Juil - 10:48

Les gènes de l'art

selon L'Express
Un vendredi soir, en 1976, Henri Vincenot apparaît sur le plateau d'Apostrophes. C'est la révélation! Les téléspectateurs découvrent un homme en costume de velours côtelé, à la moustache foisonnante et à l'accent du terroir, qui n'hésite pas à se mettre à chanter en pleine émission. Avec lui, il transporte toute une région: la Bourgogne rurale, entre Auxois et vallée de l'Ouche, celle des forêts et des rivières, celle des paysans, des vignerons et des artisans. Deux ans plus tard, Vincenot revient chez Bernard Pivot pour la sortie de La Billebaude (1). Au côté de Jean d'Ormesson, autre participant, le contraste est saisissant! Largement puisé dans ses souvenirs d'enfance, son récit se mue rapidement en best-seller. Tout le monde y retrouve son grand-père, sa campagne, ses racines. L'écrivain devient le chantre de la Bourgogne. Et d'une certaine douceur de vivre, loin du tumulte de la ville. 
C'est en ville pourtant qu'Henri Vincenot voit le jour, en 1912. A Dijon, au 8, rue des Perrières, dans le quartier de la gare. Son père, Charles, est dessinateur des chemins de fer et son grand-père paternel, Alexandre, ancien forgeron, fut mécanicien de locomotive à vapeur (2). Fils unique, le jeune Henri fait des études secondaires brillantes à Saint-Joseph et s'initie aux arts: piano, chant, théâtre, sculpture. L'été, il se ressource dans ce qu'il a appelé son «triangle magique»: Commarin, Châteauneuf et Bussières. A Commarin, berceau de la famille depuis 1830, vivent ses grands-parents maternels, les Tremblot de La Billebaude. Il y a la douce et pieuse Valentine, tout de noir vêtue, qui rêve que son petit-fils entre au séminaire. Et Joseph, compagnon bourrelier, qui l'emmène dans d'interminables parties de chasse et de pêche. 
Porteur de tous les espoirs familiaux, Henri Vincenot rêve des Beaux-Arts mais fait HEC pour rassurer les siens. Un choix qu'il ne regrettera pas puisque, en classe préparatoire à Dijon, il rencontre sa future femme, Andrée. Ils se marient en 1936, pour une longue vie conjugale sans nuages. «Maman a été une femme d'artiste exceptionnelle, souligne Claudine Vincenot. Elle a toujours encouragé mon père et lui a permis d'épanouir son talent. Sans elle, il n'aurait pas été celui qu'il a été.» Par atavisme, Henri se jette dans les bras de la SNCF et devient chef de gare à Saint-Jean-de-Losne. A ses heures perdues, il écrit des reportages pour Notre métier, qui allait devenir La Vie du rail. Andrée, elle, donne naissance à quatre enfants: Jean-Pierre, Claudine, François et Denis. L'annonce de la surdité de l'aîné bouleverse cette vie bien réglée: la famille part à Paris pour le faire rééduquer. 

«Il jouait à merveille le rôle de grand-père folklorique»

La parenthèse parisienne va durer vingt-cinq ans. Journaliste à La Vie du rail, Vincenot expose aussi sa peinture et monte une pièce de sa composition, en 1951. Un éditeur de Denoël est dans la salle et lui propose une nouvelle aventure: un contrat pour sept romans. Le succès frappe sur le tard, avec Le Pape des escargots, puis La Billebaude. Henri Vincenot a 66 ans. Sa fille se souvient: «Nous avons eu peur qu'on nous vole notre père, mais la vie a continué, inchangée, seulement plus pleine. Il répondait aux sollicitations et jouait à merveille le rôle de grand-père folklorique qu'on attendait de lui. C'était son côté cabotin!» Mais, en 1984, Andrée disparaît et la vie perd tout son sel. Henri ne lui survit qu'un an. «Votre mère n'est plus là, je n'ai plus rien à leur dire, je ne reviendrai plus», confie-t-il à Claudine, après son dernier passage à Apostrophes. Il meurt le 21 novembre 1985, dans l'appartement dijonnais de sa fille. 
Les générations suivantes ont hérité de sa fibre artistique. Installé à Commarin, Jean-Pierre peint et dessine; Denis sculpte: il est expert en bronze; François, aujourd'hui disparu, jouait du piano. L'une des petites-filles de Vincenot, Eve, a sorti son premier roman, une histoire médiévale dans un village bourguignon. Professeur à la retraite, Claudine est la gardienne du temple. Elle écrit, elle aussi (3), et défend l'?uvre paternelle: «Je porte en moi un devoir de reconnaissance dont je m'acquitte consciencieusement. Mais je ne suis pas dans l'ombre, je baigne dans la lumière de mon père.» Ses huit petits-enfants se retrouvent pour les vacances à Commarin, dans la maison de Pépère Henri. Et aussi à La Pourrie, ce hameau en ruine que Vincenot a découvert un jour de chasse et où il est enterré avec sa femme et son fils. Dans cette Bourgogne sauvage et authentique qu'il a louée inlassablement.
Revenir en haut Aller en bas
CALLO

avatar

Messages : 219
Date d'inscription : 19/06/2017

MessageSujet: Re: Henri Vincenot    Mar 18 Juil - 11:05

« Voilà ce que vous allez devenir, messieurs, si vous vous laissez manipuler par les collectivistes, les théoriciens, les savants… Bientôt on vous fabriquera des hommes dans des flacons, sur commande, spécialisés dans l’œuf et dûment conditionnés dès l’enfance… Déjà on retire à vos femmes leur rôle maternel, déjà on les contraint à des travaux cycliques, déjà on limite votre travail à un ou deux gestes, toujours les mêmes ; déjà on vous abrutit par la drogue, la politique et la spécialisation pour que vous soyez mûrs et fin prêts pour la banalisation. »

Henri Vincenot

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Henri Vincenot    

Revenir en haut Aller en bas
 
Henri Vincenot
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le Mafuta, Henri Jaspar, le Belgian Sailor
» anniversaire Henri (Engels)
» décès d'HENRI TROYAT
» Le Havre - Rue Henri Gautier
» Henri d'andeli

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
France libre :: Histoire :: Divers-
Sauter vers: